Réduire sa consommation d’énergie

Réduire sa consommation d’énergie

Ras le bol de dépenser des milliers d’euros en chauffage et en travaux inutiles ?

réduire sa consommation d'énergieC’est décidé, aujourd’hui vous faites des recherches sur internet pour savoir quoi faire dans votre logement… Et nous sommes là justement pour cela : vous informer et vous guider pour réduire votre consommation d’énergie.

Comment et quoi rénover ?

Vous le savez, il faut se fixer des priorités, et la première d’entre toutes est celle-ci :

Éviter les pièges de la rénovation

Voici une liste de quelques erreurs à ne pas commettre pour réduire sa consommation d’énergie :

  • Changer les équipements de chauffage avant d’avoir amélioré l’isolation du bâti. –> La puissance nécessaire d’une chaudière, et donc son coût, dépend des déperditions du logement, pas des préférences du vendeur.
  • Changer les menuiseries sans mettre en place une ventilation efficace. –> Une absence de renouvellement d’air favorise le développement rapide de moisissures et donc la dégradation des revêtements.
  • Isoler les murs sans avoir supprimé les sources d’humidité (infiltrations, remontées capillaires…). –> Certains isolants se dégradent très vite dès qu’ils sont humidifiés.
  • Doubler les murs en pierres avec des produits inadaptés. –> Certaines pierres doivent être préservées de toute vapeur provenant du logement, d’autres doivent au contraire respirer.
  • Améliorer l’isolation des combles en ajoutant un pare-vapeur supplémentaire. –> L’ajout d’un pare-vapeur confinerait l’humidité dans l’isolant et le détruirait rapidement. 
  • Remplacer un isolant ancien sans mettre de pare-vapeur. –> Il doit toujours y avoir un pare-vapeur placé côté chaud, même si le vendeur jure par sa mère que l’isolant est miraculeusement résistant.
  • Insuffler de l’isolant en vrac dans les rampants ou en poser en contact avec la couverture. –> Il doit toujours rester une lame d’air sous la couverture pour éviter l’humidification de l’isolant par condensation et pour préserver les tuiles des effets du gel en sous-face.
  • Choisir un isolant sans contrôler sa performance. –> Les vendeurs vendent les produits avec lesquels ils margent le plus, pas ceux qui vous seront les plus utiles. Certains isolants n’isolent rien ou pas grand chose ; ils n’ont d’isolant que le nom.
  • Choisir des produits sans tenir compte de la réglementation thermique et du code des impôts. –> Le nom respect de certains minimaux vous priverait des aides financières existantes et vous mettrait même hors la loi. 
  • Faire appel à des entreprises non qualifiées. –> Les entreprises doivent être qualifiées RGE pour que vous puissiez avoir droit à la TVA à taux réduit, au crédit d’impôt et aux autres aides… Cette qualification de garantie pas un travail parfait, mais elle démontre que l’entreprise a suivi une démarche de qualité et une formation.
  • Mandater des entreprises mal assurées. –> L’erreur est humaine. Si des erreurs sont commises, seule un assurance décennale pourra vous vous garantir un remboursement satisfaisant. 
  • Faire travailler des connaissances sans facture. –> Un accident est vite arrivé ! ANAIS vous conseil de ne jamais prendre le risque d’avoir à payer toute votre vie des frais de handicap. 

Ne pas investir en pure perte

  • Un changement de menuiseries peut parfois se justifier, mais il faut être conscient que cela ne réduit la consommation que de 5 à 10% selon les logements. –> C’est insuffisant pour espérer faire des économies. 
  • Une utilisation d’isolants non certifiés n’apportera pas le résultat escompté. –> C’est du temps et de l’argent de gaspillé.
  • La mise en place d’une chaudière ou d’une pompe à chaleur mal dimensionnée produit des surconsommations à l’origine de nombreux conflits (nous en faisons les expertises régulièrement).

Programmer sa rénovation de façon logique et ordonnée

Les sources de déperditions sont nombreuses et parfois complexes dans un bâti ancien. Selon le mode constructif, la nature des murs et des planchers, le nombre de niveaux et la surface habitable, la présence ou non de différentes pathologies… les solutions à envisager seront parfois très différentes.

Le plus important avant de se lancer dans l’aventure est d’apprendre à connaître son bien.

  • Pour éviter de faire et défaire, certains travaux doivent être ordonnés avant d’autres en prenant en compte la typologie, l’objectif de performance souhaité et l’état d’usure de l’existant.
  • Pour éviter les surcoûts, il faut mesurer les contraintes techniques et architecturales, les besoins actuels et futurs (accessibilité, agrandissement, aménagement…).
  • Pour éviter les surprises, faire diagnostiquer l’état de l’existant (état parasitaire, remontées capillaires, état des conduits et canalisations, enduits, couverture, sous-couverture…).
  • Pour obtenir un résultat probant, agir sur les points prioritaires, les éléments les plus déperditifs ou les plus dégradés.

BBCUne bonne rénovation peut permettre d’atteindre assez rapidement le niveau de performance « BBC Rénovation » ou tout au moins « HPE ». En deçà, les résultats ne sont pas toujours perceptibles.

Réaliser un audit

Pour déterminer les priorités, évaluer la performance de chacune des parois et équipements existants, prédire l’incidence de chacun des travaux, un audit de performance énergétique s’impose.

Notre audit se termine par un rapport de 92 pages ! Ce rapport permet de se fixer des priorités mais aussi d’en évaluer le temps de retour sur investissement.

Appelez-nous au 09 8008 5008 pour obtenir d’autres renseignements, ou remplissez le formulaire de contact rapide.

image_pdf